CLASSIQUE. Restaurée à merveille, l'église dionysienne de la Délivrance méritait bien un concert pour en décupler la beauté. À l'initiative de Yann Vallé et de son association Nakiyava, qui ont créé, notamment, le festival Opus Pocus, et avec l'appui de la DAC-OI plus le concours du Conservatoire régional, deux soirées sont orchestrées entre samedi et dimanche pour célébrer la diversité des styles, des époques et des origines.

Cuivres et cordes pour le 29 octobre, avec une douzaine de musiciens, et deux fois plus de choristes pour balayer l'empire musical du baroque au gospel en passant par la musique espagnole et la musique orientale, en solo ou en quintet.

Mozart en apothéose

Comme têtes d'affiche, Romain Leleu, l'un des meilleurs trompettistes de sa génération, consacré par les Victoires de la musique classique au rayon "révélation"; la guitariste Marylise Florid, le pianiste singapourien Congyu Wang, la chanteuse lyrique Laëtitia Volcey (héroïne de "Mademoiselle cantatrice"), Trombone A3, la formation qui réunit autour de leur passion pour le même instrument, Arnaud Dejean, Patrice Brisson et Germain Tovar.

Il y aura aussi le fameux KW Kwatyor composé d'Eva Tasmadijian, Marc-André Conry (violon), Kahina Zaïmen (alto) et Niels Hoyrup (violoncelle), accompagnés pour l'occasion par le percussionniste Vincent Philéas, sans oublier les Choral'îles, chœur de femmes au répertoire de polyphonies malgaches, qu'accompagne le pianiste Patrick Rabeson.

Et puis, dimanche, dans le même sanctuaire, place à l'orchestre du CRR pour un concert hommage à Mozart avec la 40e symphonie en sol mineur et la symphonie concertante pour violon et alto (en l'occurrence ceux d'Eva Tasmadjian et Kahina Zaïmen) sous la direction de Laurent Goossaert.

Samedi à 20h et dimanche à 17 heures à la Délivrance. Tarif unique 10 euros.

© 2018 by CONGYU WANG copyrighted